Le relais m’est passé, il est presque 7 h du matin, je viens d’enfiler 3 h en ligne couché sur mon poste de nouveau papa rouge vin. La petite pleure et crie autant qu’elle le peut, ce qui n’est pas tant que ça. Comble de malheur pour elle, son papa la trouve aussi jolie quand elle chigne que quand elle boit ou quand elle nous regarde avec ses grands yeux ronds.

C’est au tour de maman à essayer de reprendre des forces. Elle a tellement été extraordinaire pendant les derniers jours. Elle s’est dévouée, corps et âme. Elle est simplement merveilleuse.

« Restes te reposer ici ma belle, je vais aller me promener quelque temps avec elle. »

Papa en admiration Ma petite fille est sublime. Elle est parfaite. Peut-être direz-vous que je manque d’un brin d’objectivité dans mes propos… probablement. Je suis condamné à l’aimer toute ma vie et à poser sur elle un regard d’une subjectivité assurée. Vous auriez dû la voir lorsqu’elle recevait son vaccin… pas un seul petit cri. Une seringue remplie de vitamine K en plein dans sa petite cuisse à peine plus grosse que mon pouce… rien! Juste deux grands yeux qui cherchent déjà à apprendre et à comprendre la vie.

« Ok ma belle, on part à l’aventure dans les corridors de l’hôpital! Tu vas voir, il y a plein de trucs super intéressants comme des néons au plafond, des machines à café et des chaises roulantes. Si on est chanceux, peut-être qu’on verra même d’autres papas qui croient qu’ils ont le plus beau trésor entre les mains, mais en fait, c’est juste qu’ils n’ont pas encore compris que c’est moi qui l’ait! »