Être papa à 6 mois

J’aurais bien aimé pouvoir écrire une chronique par mois sur ce qui m’allume, sur ce qui me manque, sur ce qui me torture ou sur ce qui fait que des fois, j’ai l’impression que c’est moi le plus heureux de la Terre… mais je crois que je ne me suis pas arrêté assez longtemps pour y réfléchir et l’écrire.

Peut-être que j’étais trop occupé à les vivre (les mois) – si c’était vraiment ça, ce serait génial.

Peut-être que j’étais trop occupé par le boulot, les petites jobines à gauche et à droite et ce foutu nouvel ordinateur avait lequel j’entretiens une relation amour / haine… comme c’est le cas avec les burpies Crank movie full lors des entraînements de boxe que je fais à l’occasion au gym de mon beau-frère et de ma belle-soeur – si c’est ça alors c’est vraiment plate et j’ai plutôt honte de moi.

Peut-être que j’étais trop fatigué parce qu’un bébé qui ne fait toujours pas ses nuits à 5 mois, ça tire beaucoup d’énergie, de patience et d’amour en plus de nous forcer à « redéfinir le bonheur » comme disait mon père – si c’est ça alors je suis sûr que vous comprenez.

J’ai tellement de choses à raconter que je ne sais pas par où commencer. Être papa, quand on a une petite fille comme la mienne avec une maman comme la sienne, c’est du bonbon.

Wild Things: Diamonds in the Rough dvdrip

C’est quitter la maison le matin à 6 h en l’embrassant sur le front et en espérant qu’elle ne se réveille pas pour que sa mère puisse continuer à dormir un peu… elle en a encore tellement besoin.

C’est faire semblant que ça ne me dérange pas de changer sa couche alors qu’en réalité, je trouve ça de plus en plus… enfin… je suis sûr que vous comprenez.

C’est de côtoyer ce petit être qui s’émerveille devant tout ce qui se présente sous ses yeux.

C’est de me prendre à mon propre jeu quand j’essaie de l’endormir pour sa sieste de l’après-midi.

C’est de constamment tout répéter deux fois sans aucune raison : « Mais qu’est-ce que tu fais là ? Qu’est-ce que tu fais là petite gripette d’amour ?! »

The Medallion film

C’est être témoin de ses « productions » live qu’elle annonce avec ses lèvres pincées à l’horizontale, son teint plus vif et son regard de satisfaction et d’amusement lorsque le tout est terminé.

Être papa à 6 mois, c’est également un tas de trucs que je n’imaginais pas en fait, c’est des heures de divertissement garanties, c’est des dizaines et des dizaines de promenades en pousse-pousse et en sac à dos, c’est des comptines et des chansons à plus finir, c’est des purées à faire au malaxeur, c’est décrocher le téléphone le plus vite possible lorsqu’il sonne pour ne pas qu’elle se réveille, c’est d’aimer comme jamais, mais c’est surtout une énergie, une force et un sentiment permanent d’urgence et de calme à la fois.