Je déteste me déguiser… non non, vous avez mal compris, j’haïs vraiment ça! Tant que j’étais enfant, ça allait je crois. Mais les party déguisés, les maquillages, les costumes trop petits… vite j’en ai eu ma claque… et vite l’Halloween est devenu une fête qui n’avait pas grande importance pour moi, une fête qui faisait partie du décor annuel mais sans plus.

Cette année, nous recevions toute la petite famille à la maison pour « fêter » l’Halloween. C’était le premier Halloween que j’avais envie de souligner depuis probablement plus de 15 ans. Mes neveux, Félix et Simon, étaient merveilleusement bien déguisés en Peter Pan et en pirate respectivement alors que Ève portait un super costume de girafe (concept Zoo de Granby).

Ils se sont bidonnés à vider la grosse citrouille que Félix appelait – sans le vouloir – la grosse couille, à courir et danser dans leur costume, à s’imiter, à pointer la « noune » (la lune pour Ève) lorsqu’il y avait une éclaircie et à s’exclamer « o’t’amis » (d’autres amis) ou « cor-ami » (encore des amis) pour que d’autres petits monstres viennent sonner à notre porte.

Ce fut une soirée merveilleuse, remplie de grands bonheurs lorsque des amis sonnaient à la porte et de petites peurs lorsqu’ils étaient un peu trop épeurants. Une fois les bonbons épuisés, nous avons rentré les deux grosses couilles qui prenaient l’air dehors, avons terminé la soirée par un bain de cousins très joyeux.

The Matador Je me suis réconcilié avec l’Halloween, en fait, j’ai réalisé à quel point c’est une belle fête – la seule où autant de gens décident de donner 50$, 100$ et même 150$ de bonbons à des gens qu’ils ne connaissent / reconnaissent même pas et qu’ils ne reverront peut-être jamais. C’est un merveilleux geste collectif pour les enfants, c’est aussi un merveilleux moment pour s’amuser en famille.

J’ai déjà hâte à l’an prochain!