Mon café, mon immunité

Quand on devient parent, il y de ces moments qui n’arrivent plus ou plutôt qui n’arrivent plus que très rarement.

Je suis un papa vraiment très chanceux parce que sans avoir eu à l’expliquer, à le débattre où le faire passer au conseil, il existe un moment ou plutôt un état, que je revendique à l’occasion, où l’immunité parentale m’est accordée.

C’est le moment du café. Celui du matin, avec du lait chaud moussé et un peu de sucre.

« Moi aussi veux faire du café ! » « Moi veux aller su le comptoiwe ». Ève me regarde mousser le lait avec la machine espresso. Elle « m’aide » ensuite à tasser uniformément le café moulu pour qu’il y ai cette petite mousse sur le dessus du café lorsqu’il coule dans la tasse. Une fois le café terminé, elle ferme la machine, range le pot de sucre le long du mur et repart jouer dans le salon sans demander son reste. À ce moment, mon immunité débute.

Je suis immunisé des crises, des changements de couches, du rangement, d’habiller les enfants, de la vaisselle. Je suis même protégé par Julie des questionnements incessants d’Éve qui, du haut de ses 2 ans et demi, essaie, lorsqu’elle ne dort pas, de comprendre un peu mieux la vie. « Ève, laisse papa tranquille un peu, il prend son café ».

Ahhh… merci Julie!

Crédit photo

Écrire un commentaire