Mathis, c’est le nom de mon filleul. Mon premier filleul, le tout premier, le seul.

Parrain donc, d’un petit garçon qui est un peu pressé de venir au monde puisque sa maman est alitée depuis environ 5 semaines pour réduire l’envie qu’il a de se pointer le bout du nez.

C’est arrivé il y a quelques jours, une visite imprévue chez des amis. Nous étions partis pour une promenade de soirée, Julie et la petite étaient en pyjama en dessous de leur suit de neige. La petite était à peine sortie de son Chariot et libérée de son habit de neige qui fait squish squish quand elle marche « vitt vitt vitt » (comme elle dit) que nos hôtes nous informent que nous avons une grande décision à prendre…

Bang!!! Je suis parrain.

C’est le troisième filleul de ma copine, mais moi, c’est la première fois! Je ne pensais pas que ça faisait ce genre d’effet automatique… un sentiment d’attachement soudain, une envie de prendre soin et de veiller sur quelqu’un. Classique vous direz… mais n’empêche que c’est un foutu beau cadeau, une marque de confiance indélébile.

Une responsabilité nous a d’emblée été confiée : lui trouver un nom qui sera ajouté à celui que ses parents lui donneront. C’est une super belle idée je trouve!

Quoi choisir ? Un nom d’une personnalité ? D’un athlète ? D’un littéraire ? D’un endroit ? Hmmm… nous avons jusqu’à sa naissance pour faire un choix avec Julie.

Une chose est certaine : peu importe le nom que nous lui choisirons, Mathis sera pour toujours mon premier filleul et occupera une place particulière pour moi.

Merci Oli, merci Jue

Autre article que j’ai écrit sur ce sujet : C’est moi qui choisis la marraine, un texte que j’avais écrit quand nous avions fait ce choix pour Ève.