Une crise en direct

Il y a deux semaines, je vous aurais écrit un billet qui portait sur les joies, le bonheur et la fierté que me procure la paternité. Je sortais de la maison et ma petite m’a fait un bye-bye avec des yeux qui me suppliaient de ne pas passer le seuil de la porte. Dans les bras de sa mère et devant les yeux de mes beaux-parents, j’étais fier… très fier!

Aujourd’hui, la petite est malade (elle a une otite depuis le début de la semaine), sa maman est partie donner un cours et dès qu’elle pose les yeux sur moi, elle se met à pleurer… non, plutôt, elle se met à hurler. Elle hurle tous les petits sons de son corps malade.

Des pleurs, des larmes, une toux bien profonde. Elle se gratte les oreilles, elle se frotte les yeux et le nez, elle ferme les yeux, reprends son souffle étouffé par un sanglot qui dure depuis plus d’une heure maintenant et avec l’énergie du désespoir, elle me fixe des yeux puis m’adresse le cri le plus senti qu’elle est encore capable de sortir de son petit corps fatigué.

Ce sera bientôt l’heure du bain, ça promet :O)

Et vous, la paternité, ça vous dit ?

3 comments » Écrire un commentaire

Écrire un commentaire